Cet entretien, prévu pour durer environ une heure avec une sage-femme ou un médecin de la maternité, avait trois buts principaux :

  1. Etablir le dialogue entre les parents et l'équipe soignante, poser des questions, donner des informations.
  2. Commencer à établir le projet de naissance dans un esprit de concertation et de responsabilisation.
  3. Permettre à des personnes se sentant en état de fragilité, que ce soit par leurs conditions de travail ou les circonstances psycho-sociales, de s'exprimer. Eventuellement de leur proposer une aide adaptée via le réseau de périnatalité local ou les PMI.

Il n'a jamais été question de rendre cet entretien obligatoire aux femmes enceintes.

Il n'a jamais été question non plus de transformer cet entretien destiné au dialogue en un test de dépistage dit psychosocial - traduisez : suspicion a priori de maltraitance potentielle - ne reposant sur aucune donnée objective.

Le CIANE s'associe donc a l'API, la WAIMH, l'ARIP, le SUIEERPP, l'ANAPSY, le SNM PMI, l'USP, et interCoPsychos, pour dénoncer ce détournement manifeste de sens et de fonction de l'entretien du 4e mois.

Cécile Loup
Pour le CIANE

-- Collectif interassociatif autour de la naissance
http://ciane.info