Une étude menée à l'Université du New-Hampshire-Durham par le Laboratoire de recherches sur la famille du professeur Muray Straus et publiée le 28 février 2008, vient de démontrer que les adultes qui ont subi, enfants, des fessées ou d'autres punitions corporelles courent plus de risques d'avoir des problème sexuels une fois adultes. Les problèmes mis en lumière par l'étude sont de trois ordres :

  • une tendance à recourir à la coercition verbale ou physique pour exiger une relation sexuelle ;
  • une tendance à s'engager dans des comportements à risque comme d'avoir des relations sexuelles non protégées ;
  • enfin, une tendance à des comportements masochistes.

L'étude a concerné 14 000 étudiants de 32 pays. Les punitions corporelles reçues par les sujets de l'expérience avaient été graduées sur une échelle de un à quatre. A chaque degré de l'échelle correspondait une augmentation de 10% en moyenne dans l'engagement dans les comportements évoqués ci-dessus.

Cette étude suggère que la fessée donnée par des parents affectueux amène les enfants à confondre violence et amour et augmente la probabilité de violences dans les rapports sexuels.

Jusqu'à quand continuera-t-on à dire qu' "une bonne fessée n'a jamais fait de mal à personne" ?

Information transmise par le site américain Nospank et répercutée par plusieurs sites en langue anglaise.