Ce livre a suscité diverses émotions en moi : tout d’abord, je me suis demandé pourquoi cette maman était si pressée. D’accord, son cher et tendre est dit « lourd et dodu », mais il semble que ce qu’elle attende, c’est surtout qu’« il apprenne à se débrouiller tout seul dans la vie ». Quelle exigence sombre ! Apprend-on jamais à se débrouiller tout seul dans la vie ? Ne pouvons-nous pas toujours espérer recevoir de l’aide d’autrui quand nous en avons besoin ? Et même, si l'on souhaite qu'un petit apprenne à se débrouiller, cela ne peut-il pas être de façon progressive ?

Bref, quoi qu’il en soit, cette maman anxieuse et peu confiante semble ne pas croire que son enfant pourra, un jour, quand lui l’aura décidé, être autonome. Elle tente donc de lui imposer cette « indépendance ». Hélas, ses tentatives sont vaines, comme l’on pourrait s’en douter. Petit kangourou préfère savourer le confort et la sécurité que lui procure la poche de sa maman. Jusqu’à ce que maman kangourou soit trop épuisée pour faire un pas de plus et que son petit aperçoive un autre petit kangourou avec qui il ait très envie de jouer. Alors, c’est parti : il quitte la chaleur de sa maman et n’en finit plus de sauter.

Finalement, je me dis que ce livre s’adresse davantage aux mamans, et aux adultes en général, pour leur dire d’avoir confiance, que leur(s) petit(s) sauront être autonomes quand ils y seront prêts. Et qu’il dit aux enfants de ne pas s’en faire face aux pressions, d’aller à leur rythme et de savourer tous les moments de leur vie, lesquels ont chacun leurs avantages…

Carine Phung