Notre Hors-Série numéro 8, sorti récemment, sur le thème "accueillir bébé", abordait dans ses pages les derniers moments de la grossesse, de ces moments un peu magiques où l'on se prépare à la séparation de la naissance et à la rencontre de ce petit autre qui nous habite. Entre trousse de naissance bio et préparation à la naissance zen, un rituel passe encore en France sous le radar: celui du Blessingway.

Généralement réalisé autour du 7ème mois de grossesse, c'est avant tout un moment cocooning pour la future maman qui, entourée d'amies, échange sur ses angoisses et ses attentes et fait le plein d'ondes positives. Nous nous faisions un plaisir de vous en rappeler l'existence et les avantages dans notre magazine. Cependant, rien ne vaut l'expérience partagée et, quand on n'a jamais vu ou vécu un cérémonial aussi peu commun, difficile d'imaginer à quoi cela peut bien ressembler!

Aujourd'hui, pour aller plus loin sur ce blog, une maman témoigne de sa propre expérience en revenant sur ce moment de douceur.

GA: Comment vous est venue l’idée de faire un blessing-way et à quelle ocassion (grossesse 1, 2…) ? Connaissez-vous beaucoup de mamans autour de vous qui en ont fait un ou plusieurs ?

La maman: Mon blessingway a eu lieu pour ma seconde grossesse. Plusieurs amies en avaient fait un, et c'est une maman avec qui je suis très proche qui a proposé d'organiser le mien.

GA: Qu’attendiez-vous de cette journée ? Comment vous l’imaginiez-vous ?

LM: Je souhaitais partager un moment très simple, entourée d'amies qui avaient elles-même vécu un accouchement à la maison car c'était mon souhait pour cette grossesse. Je voulais faire le plein d'ondes positives durant cette journée, d'autant plus que ma grossesse a été assez bouleversée par divers éléments extérieurs et que je ressentais le besoin de profiter de cet état, de partager mon bonheur, de me recentrer dessus et de recevoir l'amitié d'autres femmes qui étaient déjà passées par là.

GA: Comment avez-vous organisé tout cela ?

LM: C'est donc une très bonne amie qui a tout organisé pour moi, je ne me suis chargée de rien d'autre que d'ouvrir ma maison et mon cœur, et de préparer quelques gâteaux et de la tisane !

GA: Comment cela s’est-il déroulé ?

LM: Très sobrement. Je n'étais pas sûre de vouloir d'un blessingway, mais je me suis dit que c'était l'occasion de me consacrer à moi et mon bébé au milieu de tous ces événements extérieurs. Je ne voulais rien d'extraordinaire, mes amies m'ont fait une très belle peinture sur le ventre à laquelle ma fille aînée a aussi participé en mettant sa touche finale ! J'en garde de très chouettes photos ! Elles m'ont offert une magnfique couverture pour mon bébé, un patchwork de tricots qu'elles avaient fait pour moi. Nous avons parlé de ma grossesse, de mon accouchement, de ce que je souhaitais vivre et je leur ai posé des questions sur leurs propres expériences, j'avais envie qu'elles partagent avec moi leurs magnifiques histoires d'accouchement a la maison. Elles m'ont aussi offert des bougies, chacune faisant un vœu pour moi en me les offrant, afin que leurs bonnes pensées m'accompagnent lorsque j'allumerai la bougie pendant le travail. Cette bougie a été ma seule lumière durant mon accouchement, j'en garde un magnifique souvenir.

GA: Si vous deviez le revivre, que changeriez-vous ?

LM: Rien à changer ! J'avais dit à mes amies que je voulais quelque chose de tout simple, rien que cette belle après midi entre femmes bienveillantes et centrées sur moi et mon bébé était merveilleuse.

GA: Qu’avez-vous le plus apprécié ?

LM: J'ai été très touchée de toutes les attentions de mes amies, de leur amour !

GA: Qu’avez-vous ressenti ?

LM: Beaucoup de joie de partager cet état si particulier avec des personnes proches.

GA: On nous dit souvent que les blessingways sont des occasions pour les femmes enceintes de se rapprocher d’autres femmes, de se connecter à leur pouvoir féminin. Avez-vous eu ce sentiment-là ? Bébé fait-il partie du cérémonial, ou est-ce exclusivement maman qui est au centre de toutes les attentions ?

LM: Enceinte, je suis connectée en permanence avec mon bébé, maman exclusivement n'existe pas ! Bébé est évidemment présent lors du cérémonial, d'ailleurs le mien a beaucoup bougé lorsqu'on peignait mon ventre ! Je ne dirai pas que je me suis sentie connectée à mon pouvoir féminin à ce moment-là. Je me suis sentie connectée à d'autres femmes, belles, fortes, puissantes, épanouies et cela m'a donné une belle énergie ! Le pouvoir féminin, je l'ai bien plus ressenti durant l'accouchement!

"GA: Conseillez-vous à vos amies d’en faire un ?"

LM: Particulièrement. Si elles en ont envie, je les accompagnerai avec joie mais c'est à chacune de décider de ce dont elle a besoin !